« Comment voulez-vous que les personnes innovent ? »

Livre : la Faillite de la pensée managériale

Une interview de François Dupuy très éclairante sur le management et l’innovation

Le saviez-vous ? La valeur le plus mentionnée dans les entreprises en France est l’innovation ! Pourtant d’après le sociologue François Dupuy, auteur de Lost in Management, et maintenant de La faillite de la pensée managériale, cette valeur n’est pas plus respectée que bien d’autres valeurs en entreprise et n’est qu’un leurre sur la capacité réelle de celles-ci à engager le changement.

Pour quelles raisons ?

La cible de François Dupuy, c’est l’échec du management en France, et de toutes ses dérives. Il y voit la source de beaucoup de maux, et notamment cette incapacité des entreprises à libérer les énergies individuelles propice à l’innovation.

Son constat est simple : en France, on a trop tendance à mettre aux positions managériales des experts, des techniciens, des spécialistes, sans les préparer à la fonction managériale, considérée comme une compétence innée, acquise. Or, d’après lui, le management est une discipline, tout d’abord, beaucoup plus compliquée qu’il n’y parait, ensuite, une discipline, qui comme toute compétence, nécessite une formation.

Or, cette formation n’est que rarement prodiguée. Et elle est même, souvent, sous-estimée, et les chefs d’entreprises auraient tendance à la remplacer par la promulgation de valeurs au sein de l’entreprise. Manager, selon les chefs d’entreprises, ce serait faire passer des valeurs, et les faire appliquer, un peu comme des lignes à suivre, sans questionnement, sans adaptation, en faisant abstraction de la complexité psychologique et sociale de la « pâte humaine ».

François Dupuy y voit le fléau des entreprises françaises, car, cette application stricte des valeurs qu’il décrit comme un système castrateur, aurait une tendance sévère à déresponsabiliser les collaborateurs d’une entreprise. « Suivez la ligne et tout ira bien », pourrait-on traduire, en substance, cette application. « Au diable l’initiative individuelle, au diable la créativité : suivez la trace et il ne vous arrivera rien », pourrait-on dire à ses collaborateurs.

A ces freins s’en ajoute un supplémentaire : ce que François Dupuy nomme la Pensée linéaire. Une pensée qui tend à résoudre les problèmes un à un dans un ordre défini et qui ferait fi de la complexité de l’organisation des entreprises. Il y oppose la Pensée complexe qui, à l’inverse, est capable de se saisir des problèmes à la fois dans leur évolution temporelle, mais aussi dans leur transversalité au sein de l’entreprise. Il cite d’ailleurs le cas d’une entreprise où il avait décelé que la source d’un problème provenait d’un département de l’entreprise, mais qu’on lui avait répondu que cela ne concernait pas le département qui lui avait commandé une mission. Comme d’autres, il dénonce cette incapacité à raisonner à travers les différents silos de l’entreprise, pourtant indispensable pour résoudre les difficultés d’organisation et d’innovation de celle-ci.

Interview à lire sur L’Usine Nouvelle : « La multiplication des chefs de projet est une catastrophe managériale majeure », affirme le sociologue François Dupuy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *