IKEA sort de « sa zone de confort » avec du « design ethnique »

Bols de terre cuite sur un marché

L’innovation vue par IKEA

J’adore IKEA en tant qu’entreprise (je suis de moins en moins client). A l’instar d’Amazon, dont je parlais hier, le suédois est aussi un grand innovateur à sa manière. Peut-être pas tant par le design de ses produits très souvent largement inspiré par des marques plus haut de gamme, mais plus par sa recherche constante de concepts innovants, comme il le fait avec son laboratoire expérimental à Copenhague, SPACE 10, dont je parlais aussi l’autre jour.

IKEA vient d’annoncer pourtant la sortie d’une nouvelle collection appelée Lokalt (ce n’est pas la peine de vous précipiter sur le site, vous ne la verrez qu’en juin) dans un domaine que l’on retrouverait plus facilement chez Maisons du monde : ce que l’on nommerait peut-être avec un peu de condescendance le « design ethnique », mais que l’on pourrait peut-être plus qualifier aujourd’hui de « design local ».

Une surprise… pas très surprenante

C’est étonnant, car quand on pense à IKEA, on pense plus design scandinave, meubles aux formes épurées, simples, pratiques, internationales. Avec Lokalt (le nom, très signifiant, de la nouvelle collection en question), la marque s’éloigne radicalement de ses canons et vient se frotter à une nouvelle tendance profonde dans nos sociétés occidentales désabusées par une consommation excessive. Qui, depuis un an, n’a pas entendu les exhortations multiples à consommer local ? Un « local » que le sens commun pare de vertus – écologiques, sociales, communautaires – et qui serait la nouvelle panacée en terme de distribution.

Lokalt, c’est une collection créée par des designers de plusieurs pays dits « en développement » (L’Inde, la Thaïlande, la Jordanie), dans le cadre d’un programme d’économie solidaire d’IKEA destiné à favoriser la création d’emplois locaux (décidément). IKEA affirme avoir d’ailleurs créé plus de 30,000 emplois depuis 2013 grâce à ce programme.

On y retrouvera des produits inspirés « de la rue » ou du moins de l’artisanat local. Certaines pièces, comme l’indique le communiqué de presse d’IKEA, vont même jusqu’à reproduire les traces de doigts laissés par les artisans sur leurs créations au moment de leur fabrication. Du local, imitation « local », si je puis dire…

2 leçons

Bref, il ne faudra sans doute pas s’attendre à une rupture dans le monde du design de produits de la maison, mais, en revanche, du point de vue de l’innovation, on peut noter deux choses :

1) L’appétence nouvelle d’IKEA à surfer sur les tendances de consommation qui l’amène à rompre avec ce qu’on pourrait appeler en quelque sorte « une ligne éditoriale »… Non pas qu’il n’y avait pas eu de produits « ethniques » chez IKEA auparavant (les tapis, par exemple), mais parce que cette fois-ci il s’agit bien de produit conçus loin des inspirations modernistes internationales, prenant source, finalement, aux confins du Bauhaus, mais bien parce que IKEA veut valoriser une nouvelle croyance que le local, c’est bon. (et encore une fois, rappelons-le : il ne s’agit que de pseudo local).

2) Innover, dans ce cas, n’est non seulement pas rupturiste, mais s’apparente plus à une sorte de petit pas de côté pour avancer dans une direction, toujours la même, mais renouvelée. Autrement dit, c’est injecter un peu de neuf, sans prendre de grands risques, dans du vieux. IKEA reste IKEA, mais renouvelle son concept en y injectant une dose de sociétal, d’inspiration « World » (et ça faisait longtemps qu’on en avait pas entendu parler), peut-être mue par une rupture assez large dans les tendances de consommation : une sorte de retour à un authentique fantasmé par le consommateur mondial moyen, de Stockholm en passant par Los Angeles jusqu’à Hong Kong.

Les humeurs sociétales comme inspiration pour l’innovation

Ce que tout cela signifie, c’est que l’innovation est toujours sujette aux changements sociétaux et aux aspirations de consommation sous-jacentes. Savoir « renifler » ou « sentir ces aspirations, savoir entendre ce que disent les consommateurs est une source inépuisable d’inspiration, même si cela est parfois contre-intuitif, même si souvent ces « senteurs » ou ces indices mettent du temps à émerger. Dans le cas de « Lokalt », c’est peut-être tout simplement, et encore, la crise sanitaire mondiale qui a accéléré sa naissance.

Et vous, reniflez-vous des nouvelles tendances sur votre marché ?

Photo par wu yi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *