Y a-t-il vraiment un monde d’après dans nos modes de travail ?

Quand une grande entreprise américaine se met (presque) à 100% au télétravail

Ford, le constructeur automobile américain, dans le sillage d’autres grandes compagnies, vient d’annoncer qu’elle laissait ses cadres libres de choisir leur lieu de travail : à savoir, chez eux ou au bureau.

Ce changement majeur n’est pas anodin et procède sans doute d’une évolution plus qu’irréversible dans le rapport au travail des cols blancs dans les grandes entreprises. Le télétravail n’est désormais ni un tabou ni une lubie ridicule, ni une pratique réservée aux seuls geeks de la Sillicon Valley, même si le mouvement est bien parti de là.

Crise du Covid oblige, c’est bien, et sans surprise, l’obligation du confinement qui a fait évoluer, voire carrément changer les mentalités. Avant 2020, imaginer qu’une majorité d’employés puissent exercer leur profession en dehors des murs feutrés des sièges des grandes entreprises paraissait inimaginable. C’est presque maintenant le contraire : « Quoi, vos collaborateurs travaillent encore dans vos bureaux ? » pourrait s’exclamer le visiteur impromptu qui visiterait l’entreprise qui n’aurait pas encore compris ce nouveau paradigme.

Le télétravail n’est pas qu’une mise dans le cloud des relations interpersonnelles

Et il faut bien voir ce que recèle comme mutations un tel changement : il n’est pas uniquement d’ordre organisationnel, et ne concerne pas qu’une « mise dans le cloud » des relations interpersonnelles au travail, mais modifie aussi profondément l’espace physique non seulement de l’entreprise, mais aussi celui de l’environnement de l’entreprise.

Deux aspects majeurs de cette transformation :

  1. L’immeuble de bureau va devenir un espace de rencontre et de travail collaboratif. Le sempiternel débat sur l’open-space sera bientôt relégué aux oubliettes et remplacé par celui du rétrécissement des espaces de travail et leur réorganisation au profit de formes collaboratives mixant rencontres physiques et digitales.
  2. La ville elle même se transforme. Depuis un an, aux Etats-Unis, on assiste à une migration des cols blancs vers des lieux d’habitation moins chères. Et on ne parle plus de migration de centre-ville vers la banlieue, mais d’un mouvement plus large de région à région. Pour preuve, le déménagement du siège de Tesla de la Californie au Texas.

Ce nouvel ordre du travail bien évidemment ne peut et ne pourra se faire sans de profondes réflexions, sans de profondes analyses, sans chercher des solutions spécifiques à chaque entreprise mêlant coûts des locaux, aspirations des collaborateurs, psychologie de la culture d’entreprise et numérisation.

Pas question évidemment de passer du bureau au télétravail d’un claquement de doigt !

A lire sur Forbes : Iconic American Automaker Ford Motor Says Employees Can Work From Home ‘Indefinitely’ With Its Newly Redesigned Hybrid In-Office And Remote Model

Photo by Benjamin Child on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *